Partager


imprimer cette page
— plus d'infos —


Mémorial de la Shoah


17, rue Geoffroy–l’Asnier
75004 Paris
Tél. 01 42 77 44 72
Fax : 01 53 01 17 44

 

Accès
Métro : Saint-Paul ou Hôtel-de-Ville (ligne 1), Pont-Marie (ligne 7)
Bus: 96, 69, 76, 67, Balabus
Parking : Baudoyer (place Baudoyer), Lobau (rue Lobau), Pont-Marie (rue de l’Hôtel-de-Ville).

 

Ouverture
Entrée libre
Tous les jours sauf le samedi, de 10 h à 18 h, et le jeudi jusqu’à 22 h


Site internet: www.memorialdelashoah.org


Logo du Mémorial de la Shoah

Mémorial de la Shoah

Musée, centre de documentation juive contemporaine

Comprendre le passé pour éclairer l’avenir

 

Un lieu de référence en Europe
Situé au cœur du quartier historique du Marais, le Mémorial de la Shoah est aujourd’hui l’institution de référence en Europe sur l’histoire de la Shoah. Installé au tournant du « siècle des génocides », ouvert sur le siècle nouveau, le Mémorial est un pont jeté entre les femmes et les hommes contemporains de la Shoah et ceux qui n’ont pas vécu, ni directement ni par la médiation de leurs parents, cette période historique. Musée, centre de documentation et lieu de mémoire, il propose sur une surface totale de près de 5 000 m2 un parcours, une documentation exceptionnelle et de nombreuses activités pour mieux comprendre cette période tragique de l’histoire, la transmettre aux nouvelles générations et lutter contre le retour de toute forme d’intolérance.

 

Un musée pour expliquer
Dans un vaste espace de 1 000 m2, l’exposition permanente décrit le sort des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et les mécanismes qui ont abouti à l’extermination de près de six millions d’entre eux. Photographies, documents originaux, affiches, correspondances privées, objets, films… mettent en regard l’histoire collective et des destinées individuelles.

 

L’exposition permanente se termine par le Mémorial des enfants où quelque 2 700 photographies rappellent le sort des enfants juifs déportés de France. Pour les enfants de 8 à 12 ans, un parcours adapté est proposé à l’aide d’une signalétique spécifique et d’un livret d’accompagnement en vente à la librairie.

 

Les expositions temporaires
Complémentaires de l’exposition permanente, les expositions temporaires proposées tout au long de l’année abordent l’histoire de la Shoah selon des sujets connexes tels l’approfondissement d’un moment clé de cette période comme la Nuit de Cristal, l’œuvre d’un auteur dont le destin a été chamboulé par la mise en place de la Solution finale comme Benjamin Fondane ou Irène Némirovsky, ou encore la perception de la Shoah à travers l’observation du sport comme outils de propagande mais aussi de résistance pendant les années sombres.

 

Pour ceux qui ne peuvent se rendre au Mémorial à Paris, ses expositions sont régulièrement présentées dans différents lieux en province et à l’étranger.


Dans l’auditorium de 120 places, des conférences, projections et lectures donnent la parole à des historiens, personnalités, artistes, témoins, qui, par le croisement interdisciplinaire, proposent un autre regard sur l’histoire de la Shoah. Elles sont également l’occasion d’accueillir des personnalités internationales, des écrivains, historiens ou encore cinéastes renommés tels Élie Wiesel, Raoul Hilberg, Claude Lanzmann, Costa-Gavras, Boualem Sansal…  et d’écouter le précieux témoignage de ceux qui ont vécu cette période historique.

 

Les activités pédagogiques et les actions de formation
Pourquoi et comment enseigner l’histoire de la Shoah au XXIe siècle ? Ces questions sont au cœur de la mission du Mémorial, au cœur du travail des historiens, des chercheurs et formateurs qui animent la vie de ce lieu de rencontre entre tous les publics, grand ouvert sur les nouvelles générations. Le Mémorial de la Shoah poursuit et accentue les actions de sensibilisation menées depuis plusieurs années en direction des jeunes public, en accueillant des classes dans ses locaux, en développant des ateliers pédagogiques ou en organisant des voyages d’étude sur les lieux de mémoire comme Auschwitz, en présence de témoins de cette période de l’histoire.

 

En 2010, 39 000 personnes ont bénéficié de l’accompagnement pédagogique proposé par le Mémorial. Les actions de formation en direction des publics adultes sont également en hausse constante. Voyages sur les lieux de mémoire, universités d’été et journées de formation spécifiques sont proposées aux enseignants, français mais également étrangers, et désormais aux acteurs de la vie publique et sociale, tels des auxiliaires de vie, des magistrats, des nouvelles recrues de la police ou encore des fonctionnaires du ministère de la Défense.

 

Se souvenir
Le Mémorial de la Shoah est aussi un lieu de mémoire. Plusieurs espaces sont consacrés au souvenir et au recueillement, qu’animent les commémorations tout au long de l’année. À l’extérieur, longeant le parvis, le Mur des Noms, porte gravé sur ses pierres les noms des 76 000 hommes, femmes et enfants juifs déportés de France entre 1942 et 1944. Ces noms qui, chaque printemps, sont lus au Mémorial pendant 24 heures durant lors de la commémoration de Yom Ha Shoah, journée internationale dédiée aux morts de la Shoah. Au cœur du Mémorial, la crypte est le tombeau symbolique des six millions de Juifs morts sans sépulture. En son centre reposent les cendres de victimes, recueillies dans les camps d’extermination. Lueur d’espoir dans la sombre histoire de la Shoah, le Mur des Justes, érigé dans l’Allée des Justes qui jouxte le Mémorial, porte les noms des hommes et femmes qui, au péril de leur vie, ont œuvré en France pour sauver des Juifs persécutés.

 

Un centre de documentation
Constitué de trois départements, les archives, la photothèque et la bibliothèque, le Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) du Mémorial de la Shoah est aujourd’hui le plus grand centre de documentation en Europe consacré à l’histoire de la Shoah et au sort des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Par la richesse de ses sources, ce fonds constitue une archive unique et un instrument de tout premier ordre pour étudier la destruction des Juifs d’Europe.

 

Créé dans la clandestinité en 1943, le CDJC possède les documents de source allemande tels que les archives du service antijuif de la Gestapo, de l’ambassade d’Allemagne à Paris ou de l’état-major allemand en France, mais aussi les documents de source française comme les archives du commissariat général aux Questions juives, de l’institut d’étude des Questions juives, la direction des services de l’Armistice, les archives de l’Union générale des Israélites de France ou bien encore de la fédération des Sociétés juives de France.

 

Son fonds documentaire est en accroissement constant grâce à des dépôts, dons ou achats. Il gère en outre les archives d’organisations, de personnalités ou encore de particuliers. Depuis 1945, la plupart des recherches effectuées sur ce sujet font référence aux archives du CDJC, consultées par les historiens comme par les journalistes. La justice, française et internationale, a aussi abondamment puisé dans les archives du centre pour instruire les procès de Nuremberg, ceux des responsables de la « Solution finale », jusqu’au procès Barbie.

 

Ce fonds documentaire exceptionnel se compose d’archives de plus de 30 millions de pièces, d’une photothèque de quelque 90 000 images, d’une bibliothèque riche de 50 000 références, et de nombreux films d’archives. Il est abondé régulièrement depuis sa création par les donations et acquisitions de documents des témoins de la Shoah, ainsi que des conventions établies avec d’autres centres d’archives, comme par exemple dernièrement la signature de conventions cadres avec les archives départementales du Rhône et les archives belges, ou encore avec le mémorial de Yad Vashem en Israël, permettant l’acquisition de près de 6 000 nouvelles photographies.