Partager


imprimer cette page
Accueil > Histoire > La Shoah en Europe : les ghettos en Pologne 1939-1941

La Shoah en Europe

Les ghettos en Pologne 1939-1941

Le 1er septembre 1939, les troupes allemandes envahissent la Pologne. L’Armée rouge prend les défenses polonaises à revers le 17 en application des dispositions secrètes du pacte germano-soviétique, signé le 23 août. Après quatre semaines de combat, l’Allemagne et l’URSS se partagent le territoire polonais. Les régions de Poznan (Posen) et Lodz (Litzmannstadt) sont annexées au Reich sous le nom de Warthegau, et un « Gouvernement général » créé autour de Cracovie.

 

Au total, 1 900 000 Juifs habitent dans ces deux zones. Immédiatement, les violences à leur encontre se multiplient. Dès le mois de septembre, Reinhard Heydrich, nommé à la tête de l’Office central de sécurité du Reich (RSHA), décide de transférer les Juifs du Warthegau vers le Gouvernement général, de les regrouper dans les villes et de les parquer dans des quartiers séparés, les ghettos. Les petites communautés de moins de cinq cents personnes sont dissoutes, les villages détruits et les synagogues incendiées. Fin novembre, les Juifs sont contraints de porter un signe distinctif. Tous les hommes âgés de quatorze à soixante ans sont astreints au travail forcé.

 

Les premiers ghettos apparaissent à la fin de l’année 1939 dans la zone annexée au Reich, et au printemps 1940 dans le « Gouvernement général ». Les plus importants sont créés à Lodz en février 1940, à Varsovie en octobre 1940 et à Cracovie en mars 1941.

 

L’enfermement des Juifs dans les ghettos

Il n’y a pas de plan d’ensemble. Le processus d’enfermement s’opère au gré des décisions locales des forces d’occupation. Les Juifs sont brutalement contraints de quitter leur domicile et d’aller s’entasser dans le quartier le plus pauvre de la ville. Leurs habitations et tous les biens qu’ils ne peuvent emporter sont saisis. Les entreprises leur appartenant sont liquidées. Le ghetto est entouré d’une enceinte surveillée. La famine organisée, le surpeuplement, le froid et les épidémies provoquent une mortalité très importante, de près de 800 000 personnes. Toutefois, pour les nazis, l’enfermement des Juifs dans les ghettos ne constitue qu’une étape intermédiaire avant leur expulsion définitive des territoires sous domination allemande.

 

Dans un premier temps, Heydrich envisage de créer une « réserve juive» dans le district de Lublin, mais ce projet se heurte à la double opposition du chef du Gouvernement général, Hans Frank, et du responsable suprême de l’économie allemande, Hermann Göring, également en charge de la question juive. Après l’invasion de la France, Adolf Eichmann, qui dirige le Bureau des affaires juives du RSHA (IVb4), étudie l’émigration forcée des Juifs vers l’île de Madagascar. Mais la poursuite de la guerre contre le Royaume-Uni rend le projet irréalisable.
Choisissant la fuite en avant, Hitler décide alors de déclencher l’offensive contre l’URSS.




PAGE SUIVANTE